Gutenberg à la Drupa

Les « watchers » de Gutenberg networks packaging se sont rendus au salon Drupa qui se tenait à Düsseldorf du 31 mai au 10 juin. Le plus grand salon au monde des industries graphiques et papetières a rassemblé plus de 1800 exposants de 54 pays et a accueilli plus de 260 000 visiteurs. Parmi les centaines d’innovations dévoilées, dont une part toujours plus importante consacrée à l’impression numérique, l’impression nanographique a particulièrement retenu notre attention.

L’impression nanographique, une révolution dans le monde de l’impression

source : www.landanano.com

Difficile de passer à côté du stand Landa et de sa présentation digne des plus grands shows de la Silicon Valley. Le père de l’impression numérique, Benny Landa, poursuit la promotion de son innovation révolutionnaire dévoilée en 2012 : l’impression nanographique. Lors de cette édition, Landa présentait ces nouvelles machines de production et distribuait de nombreux échantillons sortis de ses presses.

Ce procédé nous paraît très prometteur en annonçant « la souplesse et la polyvalence de l’impression numérique avec la qualité et la vitesse de l’impression offset ».

Qu’est-ce que l’impression nanographique ? Cette nouvelle catégorie d’impression numérique emploie l’encre brevetée NanoInk®. A base d’eau, cette encre comprend des particules de pigments ne mesurant que quelques dizaines de nanomètres (pour comparaison la largeur d’un cheveu humain est d’environ 100 000 nanomètres). Ces nano-pigments sont des absorbeurs de lumière très puissants et permettent l’impression d’une excellente qualité : points ultra-précis et uniformes, rendu glacé et la plus large gamme de couleurs CMJN de tous les processus d’impression.

comparatif sur l’épaisseur de l’encre selon les procédés d’impression. source : www.landanano.com
comparatif sur l’épaisseur de l’encre selon les procédés d’impression. source : www.landanano.com

En plus des avantages de l’impression numérique classique (gain de temps sur le calage, suppression des clichés ou plaques, etc), le processus Landa Nanographic Printing® permet :

  • une impression sur tout support (papier couché, carton recyclé, film plastique) sans traitement préalable ni séchage ultérieur
  • une très grande vitesse d’impression très résistante à l’abrasion et aux rayures
  • une faible consommation énergétique
IMG_0587
machine Landa à la Drupa 2016. Photo Gutenberg networks

La solution d’adapter uniquement un poste en nanographie à d’autres presses était aussi présentée sur le salon, permettant à d’autres constructeurs de presses numériques, comme Komori, d’adopter cette nouvelle technologie.

La fréquentation record du stand (40 000 personnes ont vu le show « Nano. The Power of Small ») ainsi que les 450 millions d’euros de commandes de presses nanographic printing® passées lors du salon semblent annoncer de très belles perspectives à ce nouveau procédé d’impression. A suivre donc…

 

Les encres « vertes » de Siegwerk

SIEGWERKSiegwerk, fabricant d’encre destinée à l’impression d’emballage, propose des encres 50% végétales, permettant de diminuer l’impact sur l’environnement et de s’inscrire dans une démarche de développement durable. Non seulement le fabricant assure une qualité équivalente aux encres 100% solvants mais en plus, il prend en charge les coûts de développement afin de la commercialiser au même prix que ses encres classiques. Un certain nombre d’imprimeurs se sont déjà laissé tenter par cette démarche responsable.

Et le plus intéressant reste encore à venir, puisque Siegwerk travaille actuellement sur des encres 100% végétales issues du bois.

 

Auteur : Estelle DRONNE avec la participation de Nicolas NEROT.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *