Le packaging connecté, vers un eldorado numérique ?

Le 28 janvier 2016, Gutenberg Networks organisait son « Innov’day », rebaptisé pour l’occasion « D-Day » (Digital-Day). Cette année, le packaging y occupait une place de choix. De nombreux clients de l’agence étaient présents dans les locaux de Levallois pour s’inspirer des dernières innovations.

videoDDAY

Lors de cet événement, nous avons développé des fourreaux de gobelets connectés permettant une expérience utilisateur optimale. En effet, en passant un smartphone devant l’un des 3 design proposés, les utilisateurs accédaient directement aux contenus d’un mini site sans scanner le moindre QR code. Cette innovation est possible grâce à la technologie « Mypackconnect® » développée par notre partenaire Digital Packaging. Elle consiste à la reconnaissance visuelle du graphisme en lui-même. Cette lecture des pixels, intégrés dans une image, représente pour nous un progrès considérable dans le domaine du packaging connecté. « Mypackconnect®» a d’ailleurs, après avoir reçu l’Oscar de l’emballage 2015, été récompensé une nouvelle fois lors de la conférence Dscoop EMEA à Tel Aviv (Israël) en avril dernier.

Démonstration de la reconnaissance d'image avec Digital Packaging
Démonstration de la reconnaissance d’image avec Digital Packaging
Fourreaux développés par Gutenberg networks avec Mypackconnect®

 

Quelles perspectives peut-on imaginer ?

Comme nous le savons, le développement d’un emballage demande du temps ainsi qu’une multitude d’expertises (concept marketing, design volume, graphisme, contraintes légales, possibilité d’industrialisation, imprimabilité, aspects logistiques, etc.). Tout changement de législation, par exemple, entraîne un remaniement en tout ou partie des packagings. Ainsi, les normes européennes INCO ou CLP ont valu une surcharge de travail pour toute la chaîne de l’emballage.

Alors que les tests sur l’étiquetage nutritionnel  vont commencer en septembre, cette nouvelle technologie permettrait-elle d’éviter une refonte totale des emballages ?

En effet, étant donné que le taux de pénétration du mobile atteignait les 108,6% en septembre dernier (source : www.journaldunet.com), nous pourrions imaginer que ces nouvelles informations soient relayées on-line. Cela permettrait ainsi une actualisation en temps réel avec, notamment, des données multimédias comme des vidéos de la chaîne de production ou encore de la filière d’approvisionnement.

Ce contenu rich-média embarqué permettrait à la marque une totale transparence rassurante pour le consommateur et lui permettrait également d’interagir sur le contenu disponible. Ceci amènerait à un engagement encore plus fort, une crédibilité accrue et un accroissement de la fidélité.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *